BRANDT (B.)


BRANDT (B.)
BRANDT (B.)

BRANDT BILL (1904-1983)

D’origine britannique mais ayant passé son enfance en Allemagne et en Suisse en raison d’une santé précaire, Bill Brandt se détourne en 1929 d’un avenir d’architecte pour s’initier à la photographie dans l’atelier de Man Ray à Paris. Il s’y familiarise, en quelques mois, avec les techniques de laboratoire. Dès lors et jusqu’à sa mort il exercera la profession de photographe, s’illustrant successivement dans deux genres très différents: le photojournalisme à partir de 1930, abandonné en 1945 au profit de la pratique du nu qu’il va révolutionner par une approche intentionnellement non réaliste.

Son séjour à Paris, dans un environnement intellectuel particulièrement stimulant, permet au jeune Brandt de bénéficier d’une triple influence: celle de Man Ray, bien sûr, mais surtout, grâce à celui-ci, celle des grandes figures du surréalisme; celle d’Atget, dont les vues pittoresques de Paris exsudent une «inquiétante étrangeté» qui enthousiasmait déjà les surréalistes; enfin celle de Brassaï, ce photographe d’origine hongroise, lui aussi sympathisant du groupe réuni autour d’André Breton et dont le Paris de nuit (1933) sera le modèle du futur A Night in London que Brandt éditera en 1938.

À la veille de la Seconde Guerre mondiale, Brandt s’installe comme photographe indépendant à Londres. Il entame alors pour divers magazines (Harper’s Bazaar , Verve , News Chronicle , etc.) une série de reportages dans lesquels il saisit les facettes contradictoires d’une Angleterre frappée de plein fouet par la crise de 1930. Volontiers satirique, il donne à ses photos la forme d’un «commentaire visuel» sur les grandes questions sociales de l’heure. Qu’il s’agisse de mineurs de fond rentrant du travail ou d’aristocrates dans le cadre luxueux et désuet de leur appartement, tous sont figés dans des images sombres aux contrastes violents. Portrait d’une époque, cette première production procède également d’une réflexion formelle sur la photographie. Pour Brandt, les potentialités spécifiques de ce média sont trop peu exploitées, toute innovation technologique étant abordée dans le cadre conceptuel des anciennes catégories. Au long de sa carrière, Bill Brandt reste fidèle au noir et blanc, dont il valorise le caractère dépouillé et les possibilités d’expression graphique par des tirages où éclatent les valeurs pures du noir et du blanc au détriment de la gamme des gris. Son travail donne lieu en 1936 à la publication de The English at Home (Batsford, Londres) et, en 1938, à celle de A Night in London (County Life). Dans ce dernier ouvrage, il révèle la richesse esthétique de la photographie en lumière artificielle, profitant du développement technique des ampoules flash qui repoussent les limites du photographiable.

Durant la Seconde Guerre mondiale, Brandt continue à photographier dans une perspective documentaire. À la demande du British Home Office, il photographie les Londoniens réfugiés dans les abris souterrains lors des bombardements. De même, il effectue pour le National Buildings Record un relevé photographique des édifices menacés ou détruits par la guerre. Traités dans la «manière sombre» qui caractérise toute l’œuvre de Brandt, ces clichés en gris et noir dépassent le simple constat pour exprimer avec intensité la lourde angoisse de la guerre. Ce travail sera édité en 1948 sous le titre Camera in London (Krazna Krauss et Focal Press).

À l’issue du conflit, Brandt change radicalement de style et abandonne le photojournalisme. L’acquisition d’une vieille chambre photographique aux qualités spécifiques (grand angle, mise au point fixe) lui permet de se lancer dans sa célèbre série de nus. Fortement influencé par le film Citizen Kane d’Orson Welles, Brandt tire un profit optimal des ressources de la profondeur de champ et des objectifs grands-angulaires. Il révolutionne le genre très convenu du nu féminin, déstructurant les corps dont il transfigure les lignes et les volumes par une approche graphique et non conventionnelle. Il estime que, dans un art récent comme la photographie, les règles ne doivent pas être édictées a priori, mais sont à édifier par le biais d’expériences nouvelles. Ses influences surréalistes ressortent alors plus nettement que par le passé, notamment dans le jeu des déformations et élongations des corps, qu’elles émanent des effets de la perspective, des distorsions optiques du grand-angle ou de la combinaison de ces deux phénomènes. Bien loin d’être un moyen pour représenter fidèlement un réel donné, ce procédé vise à en livrer une interprétation subjective, reflet de la vision intérieure de l’artiste. Cette recherche, poursuivie pendant trente-cinq ans, a fait l’objet de deux recueils, Perspectives of Nudes (1961) et Bill Brandt, Nudes 1945-1980 (Gordon Frazer, Londres, 1980).

Brandt a aussi exécuté le portrait d’une série de personnalités du monde des arts, de Brassaï à Picasso en passant par Pinter et Zeffirelli. Enfin, il a interprété de manière dépouillée et poétique des scènes inspirées de la littérature anglaise en transposant des atmosphères textuelles dans des photographies de paysages ou de sites architecturaux toujours traités dans les tonalités sombres et angoissantes qui caractérisent son œuvre.

On trouvera une vue d’ensemble de l’œuvre de Bill Brandt dans une sélection personnelle qu’il a éditée sous le titre Ombre de lumière (Gordon Frazer, Londres, Chêne, Paris, 1977).

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Brandt — ist ein deutscher Familienname. Er wird in seiner Herkunft zurückgeführt auf die vor allem im norddeutschen Raum gebräuchliche Kurzform von Namen die auf ...brandt oder ...brand enden, wie Hildebrandt, Hadebrand, Herbrand, Gerbrand. Das Wort… …   Deutsch Wikipedia

  • Brandt — is a common family name, originally German; it may refer to: NOTOC People* Andy Brandt, Canadian politician * Bill Brandt, British photographer and photojournalist * Billy Brandt, U.S. gay pornographic actor * Di Brandt, Canadian poet and… …   Wikipedia

  • Brandt — Saltar a navegación, búsqueda El apellido Brandt puede referirse a las siguientes personas Bill Brandt, fotógrafo británico nacido en Alemania Federico Brandt, pintor venezolano Heinrich Brandt, matemático alemán Richard Brandt, filósofo… …   Wikipedia Español

  • BRANDT (W.) — BRANDT WILLY (1913 1992) Enfant naturel, né à Lübeck le 18 décembre 1913, Willy Brandt s’appelle en réalité Herbert Frahm, sa mère étant vendeuse et son père putatif comptable. Il est très marqué par son grand père, un militant socialiste, ancien …   Encyclopédie Universelle

  • brandt — brandt·ite; rem·brandt; rem·brandt·esque; rem·brandt·ish; rem·brandt·ism; …   English syllables

  • Brandt — Brandt, Willy * * * (as used in expressions) Brandt, Bill Hermann Wilhelm Brandt Brandt, Willy …   Enciclopedia Universal

  • Brandt — Brandt, SD U.S. town in South Dakota Population (2000): 113 Housing Units (2000): 61 Land area (2000): 1.254840 sq. miles (3.250020 sq. km) Water area (2000): 0.000000 sq. miles (0.000000 sq. km) Total area (2000): 1.254840 sq. miles (3.250020 sq …   StarDict's U.S. Gazetteer Places

  • Brandt, SD — U.S. town in South Dakota Population (2000): 113 Housing Units (2000): 61 Land area (2000): 1.254840 sq. miles (3.250020 sq. km) Water area (2000): 0.000000 sq. miles (0.000000 sq. km) Total area (2000): 1.254840 sq. miles (3.250020 sq. km) FIPS… …   StarDict's U.S. Gazetteer Places

  • Brandt [1] — Brandt, Freiherrliche, aus Schloß Brandt bei Wunsiedel stammende, in Baden u. Baiern begüterte u. in die Linie zu Neidstein u. zu Bühl zerfallende Familie; die Chefs beider Linien sind: 1) Freiherr Philipp, Sohn des 1819 verstorbenen Freiherrn… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Brandt — Brandt, Albert, Ingenieur, geb. 3. Sept. 1846 zu Hamburg; seit 1875 bei der Gotthardbahn tätig, konstruierte er die nach ihm benannte, mit Druckwasser betriebene drehende Gesteinsbohrmaschine, gründete 1878 mit Karl Brandau die Tunnelbaufirma… …   Kleines Konversations-Lexikon